Le lévrier

J’ai pris un bus Greyhound pour aller de Washington à Raleigh, North Carolina, parce que c’était moins cher que l’avion.

« Tonton » Yebbie, comme apparemment beaucoup d’Américains-qui-ne-sont-pas-pauvres, n’avait jamais pris le Greyhound. Il y a l’Amérique qui vole et l’Amérique qui roule, il paraît.

Comme il avait vraiment peur pour moi, à 6h du matin il m’a emmenée à la station de bus pour « voir le genre des gens» et m’a donné un billet de 10 dollars « parce qu’on ne sait jamais ». Thanks Tonton Yebbie.

Ca va, c’était marrant ce Greyhound. Donc non, les gens n’avaient pas l’air très riches dans ce bus, et oui ils étaient presque tous noirs et non j’arrivais pas à comprendre leur accent. Et oui les stations de bus étaient glauques et au milieu de nulle part.

Mais j’aime bien attendre, et passer des heures dans un bus, ça m’a fait vraiment réaliser que je partais. Huit heures plus tard, arrivée à Durham, North Carolina. Emma, ma « mentor », une étudiante en deuxième année, est venue me chercher et m’a déposée à Carrboro, chez moi.

Publicités

Une réponse à “Le lévrier

  1. L’aube dans les gares routières, les autocars qui cornent comme des sirènes de paquebots, l’anonymat des longs parcours en Greyhound, j’ai beaucoup aimé ça, moi aussi. Cependant j’ai surtout pratiqué les Greyhound mis au rebut pat les Etats-Unis et recyclés au Mexique : ceux dont les toilettes sont condamnées, dont les vitres fuient… l’avertisseur, lui, fonctionne toujours !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s