Sorority girls

Du fric, un réseau, du pouvoir.

En bref, les sororities sont des groupes d’étudiantES (pour les garçons ça s’appelle des fraternities), élément essentiel et mythique de la sociabilité américaine sur les campus.

En échange de quelques milliers de dollars par semestre (ça dépend des sororities), les heureuses élues peuvent, si elles ont de la chance, habiter dans une grande maison sur East Franklin Street avec cuisinier/jardinier/parking, bénéficier du réseau social de la sorority ( pour trouver un job/une maison/un mari…) et se faire des amies (qu’elles appellent « sisters ».) Elles y appartiennent à vie.

Bon, mieux vaut être blanche et riche, et si votre mère/grand-mère/tante fait partie de la sorority, c’est mieux. Si vous êtes noire, allez dans une sorority de noirs, et si t’es pauvre, ben c’est con, t’avais qu’à être riche.


Le grand événement du début de l’année, c’est la
rush week, c’est à dire le processus de sélection des nouvelles sorority girls. It’s a very big deal.

 

Pendant une dizaine de jours, les étudiantes en première ou deuxième année qui veulent intégrer une sorority participent à toutes sortes d’évènements organisés dans les maisons – goûters, dîners, jeux de société, bals et soirées diverses (sans alcool et sans garçons). Elles font leur liste de voeux, et si elles ont de la chance (et des sous, et les bons contacts), elles pourront intégrer la sorority de leurs rêves.

Toute la semaine le Daily Tar Heel, journal du campus, a donc publié des conseils vestimentaires (le mardi c’est mieux si vous êtes casual (tennis ou sandales + short ou jupe pas trop courte + t-shirt), le vendredi ils conseillaient robes+talons.)

Photos prises lors du dernier soir de la rush week.

Ici, un groupe d’aspirantes sorority girls attendent d’être appelées pour commencer le tour des maisons :

Et là, elles attendent de rentrer dans l’une des maisons. C’est très sérieux, il y a une cérémonie, un compte à rebours.

Juste avant qu’elles rentrent, j’ai cru que certaines des wannabee allaient s’évanouir, j’en ai entendu dire « This is the most important day of my life », et la rue résonnait de « Oh my god oh my god » aïgus. Marrant.

 

 

 

Publicités

2 réponses à “Sorority girls

  1. Interessant d’en entendre parler de plus pres. Bon UNC c’est une grosse universite aussi. Mon mari est alle a Mars Hill (WNC) et il a rejoint une Sorority ou il etait un grand frere je crois. Il preferait ca aux fraternity qui se bourrent une peu trop souvent la gueule.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s