« Les cloques de peinture sur les murs ont parfois la couleur des sons que tu bois… » — Téléphone, New York avec toi

Je suis arrivée hier soir à New York.

Qu’est ce que je peux dire qui ne soit pas bêtement cliché? Je reste sans mots.

C’est magique, magique, magique…

Dans l’avion, juste avant d’atterrir, j’ai vu les gratte-ciels de Manhattan se faire dorer dans la lumière du crépuscule, la ville entière plonger dans les eaux oranges de l’Hudson river. Putain, qu’est ce que c’était beau. Je suis folle amoureuse.

Un jour, c’est promis, je vais habiter ici, au milieu du bruit, des gens pressés et des escaliers en fer qui dégringolent le long des façades en brique.

Publicités

Une réponse à “« Les cloques de peinture sur les murs ont parfois la couleur des sons que tu bois… » — Téléphone, New York avec toi

  1. « Au plus profond de la nuit, du sommeil, une voix dit soudain sans mots : « Quelque chose m’est arrivé ». Je dors encore et je ne sais pas si c’est un grand bonheur ou une catastrophe qui a fondu sur moi. Quelque chose m’est arrivé. Peut-être est-ce que je suis morte comme il m’arrive souvent dans mes rêves, peut-être vais-je me réveiller de l’autre côté de la mort. En ouvrant les yeux, j’ai peur. Et je me rappelle : ce n’est pas tout à fait l’au-delà. C’est New York. » (Simone de Beauvoir, L’Amérique au jour le jour, 1947)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s