Parano à Candy-Land

UNC vient d’annoncer la mise en place d’un nouveau dispositif de sécurité.

Au début ça m’a fait rire: quand même, ces américains, ils sont pas croyables, avec leur fantasme du risque zéro.

Et puis ça m’a mise en colère.

UNC-Chapel Hill est l’une des meilleures universités du monde. Dans quelques années, ses étudiants vont être au pouvoir du pays  le plus puissant de la planète.

Et ils sont là, à flipper comme des malades de se faire attaquer ou agresser par les quelques malheureux clodos qui habitent ici.

Ils ont des caméras de surveillance partout sur le campus. Une police spéciale qui patrouille jour et nuit.

Sans oublier ces fabuleux poteaux d’appels d’urgence plantés le long des chemins : en cas de problème ou d’accident, il suffit de courir jusqu’au poteau le plus proche et d’appuyer sur le bouton pour que des secours soient envoyés immédiatement.

Le système « RaveGuardian » permet à la police de suivre l’itinéraire des étudiants qui le demandent grâce à leur téléphone portable, pour rappliquer en cas d’anomalie.

Mais ça ne leur suffit pas: les étudiants de UNC ne se sentent pas en sécurité.

C’est pourquoi UNC vient de créer SafeWalk : a partir d’aujourd’hui, tout étudiant peut demander à être raccompagné le soir jusqu’à sa résidence par deux « SafeWalkers », spécialement entraînés par la police et payés par l’université.

C’est vraiment jeter de l’argent par les fenêtres, et une nouvelle preuve de la déconnection totale des étudiants avec le monde extérieur.

UNC et Chapel Hill sont bien plus sûrs que n’importe quelle ville moyenne aux Etats-Unis.

Les statistiques le prouvent : en trois ans, zéro meurtre et zéro viol. Seulement huit vols et 25 « sexual offenses » (on ne sait pas bien ce que ça veut dire d’ailleurs: injures? propositions sexuelles?), dont 16 à l’intérieur des résidences même, pour une population de 30 000 étudiants. Soit un risque de 0, 02% de subir une « sexual offense » sur le campus.

Bien sûr, peu de gens ont osé critiquer le programme. La sécurité, c’est sacré.

J’avais déjà vu le paradoxe dans la banlieue de ma colocataire Corban. Sa famille vivait dans l’un des quartiers les plus sûrs de Charlotte. Ils étaient obsédés par leurs alarmes, leurs grilles et leurs portes blindées verrouillées à double tour.

Un autre symptôme de la paranoïa ambiante: pendant les élections municipales, l’un des candidats proposait très sérieusement d’interdire la mendicité à Chapel Hill et de déplacer le refuge pour sans-abri hors de la ville, afin d’améliorer les conditions de sécurité.

Publicités

Une réponse à “Parano à Candy-Land

  1. Je crois que ton titre resume bien la realite.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s