Des nouvelles des ratons-laveurs et des cafards

Je suis vraiment, vraiment contente de revenir à Paris la semaine prochaine.
Pas pour trop longtemps, hein, quelques jours, c’est parfait.
Juste le temps de savourer un verre de vin rouge en terrasse sans qu’on me demande ma carte d’identité, avec une cigarette sans qu’on me fasse la morale pendant trois heures, après un bon film plein de dialogues interminables et de plans fixes comme Hollywood en a horreur. Le tout assorti de deux ou trois tartines de fromage qui PUE. Du crottin de chavignol bien fait, par exemple, sur une baguette avec de la vraie levure vivante, à déguster avec famille et amis, avant qu’on s’engueule tous copieusement sur un quelconque sujet un peu polémique.

D’ailleurs, j’en profite pour dire, comme ça c’est plus officiel qu’un mail, c’est sur ce blog et tout: MERCI encore à vous tous qui avez cotisé à l’achat de mon billet d’avion, j’ai hâte de vous voir à la fête du 9 avril prochain.

Sans transition (oui, voir les Guignols en famille ça me manque, aussi)

Nous cohabitons en bonne harmonie avec les ratons-laveurs du grenier et les colonies de cafards de la cuisine. Heureusement, ils ne puent pas quand on les écrase.
Ils dévorent actuellement les fondations de la maison, mais je pense être partie avant qu’elle ne s’écroule.

Sans transition encore, j’ai enfin terminé une nouvelle pour mon cours de Fiction Writing, c’est encore plein de trucs pas très propres, comme des cendriers sales et des mélanges liquides en pleine grève des éboueurs, juste pour le petit plaisir de provoquer (c’est puéril, je sais).

C’est dans « Ecriture pour rire », en haut de la page, et ça s’appelle « Plastic bags ».

love, love

Publicités

Une réponse à “Des nouvelles des ratons-laveurs et des cafards

  1. Meuuuf ça va pas d’écraser des cafards ! On t’a jamais expliqué que si t’écrases un cafard femelle, ça libère les oeufs ? Et comme c’est hyper résistant, les oeufs se développent même hors du corps de leur môman (trop mignon) et ensuite ils viiiiiiivent. Donc quand tu tues un cafard, tu crées tout un tas de nouveaux cafards. C’est l’angoisse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s