Archives de Tag: gorille

Serendipitous

Vous avez terriblement envie d’un café, mais il vous manque 20 centimes. Quelques pas plus loin, vous trouvez une pièce par terre.

Vous êtes assise dans le métro, un beau gosse vous sourit.

Juste au moment où vous pensez à une personne que vous n’avez pas vue depuis longtemps, vous la croisez dans la rue.

Vous regardez le soleil faire des paillettes dans l’océan.

En anglais, ce genre de moments a son adjectif : SERENDIPITOUS

= « un moment/une rencontre heureuse, inattendue, simple, qui tombe à point »

Tout ça en un adjectif.

Il peut y avoir des moments serendipitous, des rencontres serendipitous , des occasions serendipitous.

SERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUS

SERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUS

SERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUS

SERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUSSERENDIPITOUS

J’adore ce mot. On dirait une formule magique.

SERENDIPITY existe aussi.

Le dictionnaire le traduit par « heureux hasard, chance dans les découvertes« 

Des i-phones farcis au M&M’s

Parce qu’on s’est gourés de métro, on s’est retrouvés à Times Square alors qu’on cherchait à l’éviter.

Times Square, c’est juste fou. Ça n’a aucun sens. Ça file la nausée. C’est fascinant.

Vous ne verrez jamais autant d’écrans et de lumières de votre vie. Les écrans géants ont avalé les immeubles, et recrachent en continu des pubs et les cours de la bourse, des centaines de M&Ms dans des tubes en plastique et des images d’I-phone, de chaussures, de campagnes contre la faim dans le monde, et les derniers résultats du football.

Simultanéité épuisante d’informations absurdes.

Et on continue à marcher, hypnotisés, au milieu des autres papillons, ivres de lumière, yeux explosés, cerveau gavé.

Avant ça, il y a eu : Soho, un menu « spéciale crise » à 4 dollars les deux hot-dogs et le jus de papaye, dans East Village, un concert de jazz au bar 55, un homme qui marche avec un chat assis sur sa tête, et un autre qui nous a demandé un dollar pour s’acheter du lait, en agitant une boîte qui semblait être de la nourriture pour gorille (?).